Le Système G

La juste intonation enfin trouvée !

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Accueil

Envoyer Imprimer PDF

Go to ENGLISH page

 

Observation préliminaire :

Cher visiteur,
Je serai toujours très heureux
de répondre à toute demande
d'éclaircissements (par
téléphone ou par mail)
concernant le contenu
de ces pages.



Le mieux n'est pas toujours l'ennemi du bien.


Dans la théorie du tempérament égal (gamme tempérée avec une octave comprenant 12 demi-tons égaux) largement admise et enseignée, l'on s'est contenté d'une description schématique des gammes en plaçant un demi-ton, un ton, un ton et demi, un trois-quarts de ton (dans les musiques orientales), entre les notes d'une octave, en fonction de la tonalité. Aussi, tout le monde ou presque, y compris les théoriciens de la musique, se sont-ils attachés à l'idée que les intervalles sont inchangeables et que chaque note occupe une position et une seule. On pourrait à la rigueur soutenir que c'est une excellente schématisation, en ce sens qu'elle permet à tout un chacun d'accéder à une certaine connaissance musicale à peu de frais, quitte à compenser, dans la pratique musicale, le manque de précision de la théorie en ce qui concerne la hauteur des sons par le concours de l'oreille (quand on l'a bonne !).


Or, par exemple, en DO majeur, on voit bien, quand on descend de la dominante SOL à la sous-dominante FA :

qu'on exécute un ton plus grand (ton maxime) que le ton ordinaire qui sépare les notes DO-RE, le FA étant comme attiré par la médiante MI (demi-ton minime) ;

et que, du même coup, la tierce majeure descendante LA-FA  est plus grande (tierce maxime) que la tierce majeure descendante MI-DO ;

que la tierce mineure descendante FA-RE est plus petite (tierce minime) que la tierce mineure descendante SOL-MI ;

et que la quarte DO-FA est plus petite (quarte faible) que la quarte juste SOL-DO, etc.


Le  tandem théorie (schématisante)-oreille fonctionne tant bien que mal. Il est donné à une petite minorité de pratiquants, par rapport à l'immense multitude des amateurs de la musique, de parvenir à l'excellence. Et encore. Prenez, par exemple, les meilleurs chanteurs d'opéra : tous sans exception, en dépit d'une voix magnifique, d'une interprétation éblouissante, peuvent connaître des moments de faiblesse, de doute, de perplexité, à cause de telle ou telle note ou de plusieurs notes consécutives dont la justesse, dans leur prestation, laisse à désirer. Comme le résultat global (voix, interprétation, émotion...) est néanmoins satisfaisant (ou considéré comme tel), on s'arrête là, pourquoi chercher plus loin ? Souvent le bien est l'ennemi du mieux.

*

Et s'il existait un moyen simple, facile, efficace, de trouver la justesse

immanquablement, sans aucune hésitation,

pour les meilleurs - mais surtout pour les autres, qui en ont tellement besoin ?!


Ce moyen existe :

C'est "Le Système G", qui, grâce à la représentation enfin exacte des intervalles, notamment du demi-ton (22/21), offre au monde de la musique la fantastique trouvaille des positions (basse, moyenne, haute) que chaque note peut occuper en fonction de la tonalité. (Voir "Règles concernant les positions")


Que l'on se rassure : c'est d'une telle simplicité ! Je ne suis moi-même ni mathématicien, ni physicien, ni informaticien, ni acousticien... La simple logique qui m'a amené à découvrir la vérité des intervalles et la réalité des positions, avec chacune son expressivité propre qui permet de la capter plus aisément, est à la portée de chacun. Sans trop d'effort, avec la vulgarisation du "Système G", le plus grand nombre accèdera à la juste intonation. Le mieux n'est pas toujours l'ennemi du bien.


Illustration sonore et démonstration par l'ordinateur du bien-fondé du Système G et de la juste intonation : voir les rubriques "A écouter : musique occidentale" et "A écouter : musique orientale".

 

Révolutionnaire ? Oui, effectivement. Il a fallu attendre le XXIe siècle (soit 13,8 milliards d'années après le Big Bang !) pour qu'enfin LA BONNE THEORIE des intervalles voie le jour ! Et que les POSITIONS soient révélées au monde ! Attention, il ne s'agit pas d'un simple divertissement théorique : ici la théorie épouse parfaitement la bonne pratique. Optimisation des performances garantie !


*

Les pages du site :

  • L'ouvrage de référence : "L'intonation juste enfin trouvée - Le Système G : positions et expressivité", fruit d'une longue recherche qui m'a amené - fort heureusement - à sortir des sentiers battus pour construire LA BONNE théorie des intervalles naturels, qui épouse enfin la bonne pratique.
  • Le G System Player : un outil extraordinaire de simplicité, téléchargeable gratuitement en quelques secondes, qui permet à chacun de coder très facilement une mélodie (note, durée) pour écouter, comparer, apprendre et faire apprendre.
  • Marquage des partitions occidentales : trouver la juste intonation facilement du premier coup grâce au marquage de la partition. Un exemple de partition marquée : une aria de Bach, 'Drauf schliess Ich mich'.
  • Marquage des partitions orientales : tableau des différentes positions orientales avec chacune son marquage spécifique + marquage des principales tonalités arabes et byzantines.

AccueilL'ouvrage de référenceLe G System PlayerA écouter : musique occidentaleMarquage des partitions occidentales
A écouter : musique orientaleMarquage des partitions orientales Contact

© Nabih GEDEON 2013 - Tous droits réservés